EDIMBOURG-Royaume-uni

 

 

Au loin, j’aperçois déjà le fameux château perché sur son ancien volcan tandis que nous longeons la Prince street en quête d’un restaurant.

Je suis assez impressionnée par cette ombre planant sur la ville. Il fait noir et je ne distingue pas encore bien la forme des bâtiments à part quelques fenêtres allumées. Mystérieux…

bouhouhouhou
Nous bifurquons dans la rose street et nous laissons tenter par un fish and chips. 
D’accord… C’est d’un classique!  Mais en Grande-Bretagne, il vaut mieux se méfier parfois si on ne comprend pas tout ce qui est sur le menu. Je me souviens encore de la kidney pie dans mon assiette et du petit déjeuner au haggis que j’ai failli commander.

Il se fait assez tard et nos paupières sont lourdes sur le chemin du cosy Lairg Hotel mais je ne résiste pas à m’arrêter dans trois supermarchés. Quel merveilleux pays où l’on peut acheter des sachets de thé et des cookies à toute heure de la nuit.
Levées de bonne heure grâce à un décalage horaire salutaire, nous commandons des œufs brouillés dans la salle à la décoration surannée. Les murs moulurés sont peints dans un camaïeu de roses et la moquette épaisse est en tartan vert foncé. Comment vous expliquer? C’est laid mais c’est beau. 
Comme on pouvait s’y attendre, tout se décline en tissus écossais dans la ville; du siège de bus, à la tasse de café en passant par le parapluie, accessoire clé dans cette partie du pays. 
Nous nous décidons à commencer notre visite par les incontournables. En route vers le château sur son verdoyant Castlerock, Jamie Lanister!

Le château

Je m’attendais à une entrée majestueuse pour le plus beau château d’Écosse et j’ai été un brin déçue… j’imagine que les belles choses se donnent à voir passé le seuil de l’entrée payante. La petite place exposée à un vent de tous les diables offre une très belle vue sur les toits orangés et le siège d’Arthur. Au loin, on aperçoit même les lacs. C’est beau tout ça mais nous ne tardons pas à nous engouffrer dans l’étroite et charmante Royal Mile. De cette épine dorsale, partent de bien jolies ruelles.
Dans les boutiques pour touristes, des écharpes toutes douces et faites de 50 nuances de tissus écossais me murmurent « take me, take me Marjorie » mais j’en ferai fi.

Je commence à comprendre la géographie du centre-ville coupé en deux quartiers par le dénivelé en crevasse. D’anciens marécages asséchés au siècle dernier et réinvestis par un parc, un cimetière et vieux centre commercial sous terrain. 
Côté Prince street, c’est la nouvelle ville avec ses grandes enseignes où shopper chic. Côté château, ce sont les petites rues en escalier, les bâtiments officiels et les maisons en pierre grise bien écossaise.

Rien que pour le plaisir de prononcer son nom avec un bon accent wallon, je voulais absolument voir la statue du Greyfriars Bobby, ce petit chien qui est resté sur la tombe de son maître jusqu’à sa propre mort. Souris Bobby, une petite photo avec Marjo ici!

Nous passons par Grassmarket, la plus jolie rue de la ville. C’est une rue en mezzanine, bordée de mignonnes boutiques aux devantures colorées.
Ah tiens, il pleut des cordes pour changer.

Les amateurs d’art seront satisfaits : les musées sont gratuits et foisonnants. 
La National Gallery a une très belle collection de peintures du 15ème au 19ème siècles comme des Titien chatoyants et La vision avant le sermon de Gauguin que j’ai longuement étudié la projection sur les bancs de l’université.
Un peu par hasard, nous avons poussé la porte rose layette de la Fruitmarket gallery. Cette ancienne halle de marché est devenue un petit centre d’art contemporain. Chic, l’exposition en cours est celle de Louise Bourgeois et elle ne coûte pas un rond!

C’est pas tout ça mais il se fait faim et j’avais repéré un café sympa dans la Breadstreet. Le Fyul est adroitement décoré d’éléments de récup: des fauteuils recouverts de jeans, un mur de vieux éléments de portes.  On y mange une délicieuse soupe de pois et de chili avec plein de bon pain. Pour le dessert, nous marcherons jusqu’au Cuckoo, la maison des cupcakes qu’à repéré ma soeur sur internet. Le chemin est long et pentu mais vaut son petit pesant de cacahuètes.
Bientôt, le jour se couche et je commence à comprendre pourquoi cette ville inspire autant d’histoires de fantômes en passant devant le Elephant House, le café où a été écrit Harry Potter.

Edinbra se fait de plus en plus inquiétante. Nous marchons dans le froid et la pluie tandis que la ville se vide de ses travailleurs. C’est jeudi et ça n’est pas un temps pour boire des verres de whisky au pub. Ou bien si ? En tout cas, les pubs que nous croisons sur notre chemin seront tristement vides.houhouuhohuhouh
Le time out nous indique qu’il y a un concert au Bannermans. Mais la salle creusée sous un pont est presque vide et la musique carrément kitsch… Une nana en robe de tulle rouge vif et doc Martens crie dans le micro en jouant de la guitare tandis que la bassiste en sari chante des Ooom.

Edimbourg serait donc vraiment la ville posh et calme que je lis dans les romans ? Manquerait-elle un peu de folie en dehors de son festival du théâtre ? Je partirai sur cette impression.
Un cliché s’est pourtant effrité; celui de l’Ecossais rustre qui roule les rrrr. S’il existe bien, il n’est certainement pas dans cette ville, où la politesse et la délicatesse semble de mise.
L’Ecosse ne manque en tout cas pas de mystère et de beauté et je reste sur ma faim.

La prochaine fois, je goûte les whiskys et je visite Glasgow l’alternative !

Miaou

 

ADRESSES:

Yummy Torides « tapas » japonais frais et pas chers


Lothian Road, Edinburgh EH3 9BE

-

Bannermansun des pubs live de la ville, c’est roots, c’est bien!

-

Hula Juice barpour une pause café dans une ambiance Hawaï entre deux averses

103-105 W Bow, Edinburgh, Midlothian EH1 2JP

-

Cuckoo’s bakery  – c’est un peu loin mais on y mange de délicieux desserts

150 Dundas Street, Edinburgh, EH3 5DQ

-
FUYL la super soupe qui m’a gonflé l’estomac


22 Bread Street, 
Edinburgh EH3

-
The National Galleryclassiques à visiter

-

The fruitmarket gallery

45 Market St, Edinburgh EH1 1DF

-

Lairg hotel

11 Coates Gardens, Haymarket, Edinburgh, EH12 5LG